Thérapie d’acceptation et d’engagement

Depuis quelques années, la Thérapie d’acceptation et d’engagement – ACT, son acronyme anglais, Acceptance and Commitment Therapy –  gagne en notoriété au Québec et partout dans le monde.

L’ACT est une thérapie comportementale et cognitive dite de troisième vague. Elle met l’accent sur la pleine conscience, l’acceptation et le changement comportemental en accord avec les valeurs profondes de la personne. Elle propose de clarifier ce qui est important et de s’engager dans sa direction sans se laisser paralyser par ses peurs, ses angoisses ou par toute autre forme d’obstacles. C’est une thérapie qui combine une approche fondamentalement humaine et un souci constant de rigueur théorique et de validation scientifique.

ACT et counseling de carrière

Développée en contexte thérapeutique où elle a démontré son efficacité, cette approche est aussi utilisée auprès de populations non cliniques, notamment dans les écoles et les organisations ainsi qu’en counseling de carrière (orientation scolaire et professionnelle, employabilité, réadaptation professionnelle, transition de carrière).

Dans ces milieux non cliniques, l’acronyme ACT fait référence à l’Apprentissage à l’acceptation et à l’engagement (Acceptance and Commitment Training).

Intégrée au counseling de carrière, l’ACT offre une perspective qui peut aider la personne à se donner une vie personnelle et professionnelle riche et pleine de sens. Elle propose une grille d’analyse qui apporte un éclairage novateur sur les difficultés reliées à la carrière.

Processus de l’ACT et leurs déficits

Selon l’ACT, les difficultés psychologiques proviennent souvent d’un déficit au plan d’un ou de plusieurs des processus suivants qui sont également ciblés par des stratégies d’intervention : distanciation de ses pensées, acceptation de ses émotions, contact avec le moment présent, prise de perspective sur soi et engagement dans des actions en phase avec ses valeurs de vie librement choisies.

Transposés aux choix et à la transition de carrière, voici des exemples de déficits qui peuvent s’y manifester et des difficultés qu’ils peuvent entraîner :

  • Distanciation de ses pensées : prendre de façon littérale les pensées sur soi (je ne dois pas me tromper, je ne trouverai pas un autre emploi, je suis incompétent…).
  • Acceptation: faire des choix prématurés afin d’éviter l’inconfort relié à l’indécision; renoncer à certains choix afin d’éviter l’anxiété qui y est reliée.
  • Contact avec le moment présent : se préoccuper exagérément du futur (admission dans un programme d’études, perspectives d’emploi…) ou du passé (décisions, erreurs…).
  • Prise de perspective sur soi : prendre difficilement une perspective sur son histoire personnelle et sur ce que l’on connaît de soi (intérêts, aptitudes, personnalité…).
  • Action engagée : procrastiner, être passif, agir impulsivement.
  • Contact avec les valeurs: être confus quant à ce qui est important pour soi; s’attacher à des objectifs de carrière qu’il faut absolument atteindre.

Objectifs

En counseling de carrière, l’ACT cible quatre objectifs. Aider la personne à :

  • identifier ce qui est important pour elle et les grandes directions qu’elle souhaite donner à sa vie professionnelle;
  • passer à l’action, agir en direction de ce qui est important pour elle;
  • reconnaître les pensées, émotions, sensations, souvenirs, etc., qui agissent comme obstacles intérieurs à l’identification de ce qui est important et à l’engagement dans l’action;
  • identifier les actions qu’elle fait afin d’éviter les obstacles intérieurs.

Efficacité

À ce jour, la littérature sur l’ACT suggère que l’observation, la distanciation et l’acceptation de ses pensées, de ses émotions et de ses sensations corporelles engendrent une meilleure connaissance de soi et permettent de reconnaître et de mieux composer avec les paradoxes et les ambiguïtés. De plus, la personne serait en mesure de tenir compte de plusieurs points de vue pour prendre des décisions plus congruentes avec ses besoins, ses valeurs et ses intérêts.